Récit de Voyage « Randonnée en Palestine »

 

Nous avons eu le plaisir d'accompagner un groupe d'amies lors d'un séjour randonnée en Palestine en novembre 2019. Cette randonnée sur le sentier d'Abraham leur a laissé de précieux souvenirs dont elles ont voulu témoigner dans un récit détaillé de leur séjour. 

J1 : Arrivée à Tel Aviv
Nous atterrissons à Tel Aviv où nous attend un chauffeur pour nous conduire à Naplouse. Bâtiments modernes, routes encombrées, la capitale est branchée! Changement total d'atmosphère et de paysage en approchant (très lentement car embouteillage monstre) de Naplouse en zone A (sous autorité palestinienne). Un panneau rouge interdit aux citoyens israéliens d'y pénétrer… Nous sommes éberluées par la masse de déchets, de carcasses de voitures qui jonchent les bords des routes. Nous arrivons finalement à notre hôtel Yasmeen en plein cœur de Naplouse. Repas du soir où nous découvrons d’excellents et nombreux plats palestiniens (dont le traditionnel poulet grillé, le riz aromatisé, l’houmous, les aubergines, les petits morceaux de tomates, le tajine de légumes,...) et première rencontre avec notre guide palestinienne, Emili. Coucher et nuit interrompue par les premiers chants de muezzin! 

Naplouse


J2: Naplouse/ Awarta/Duma
Nous visitons le vieux Naplouse, ses souks, sa fabrique de savons, avant d'embarquer dans un minibus qui nous conduit au départ de notre première marche. Belle rando variée à travers collines et villages sous le soleil et le ciel tout bleu. Nous nous arrêtons à une épicerie locale où nos guides achètent les vivres pour le pique-nique de midi (thon, cornichons, olives en boite de conserve, houmous, sucreries). Les pains tout frais sont fournis par le boulanger qui offre à chacune un petit croissant au chocolat tout chaud! Nous pique-niquons le long du chemin à la sortie du village en admirant le paysage qui s’offre à nos yeux. Pressées par notre guide, nous reprenons notre randonnée à travers collines et villages où notre groupe de femmes suscite la curiosité des petits et… des plus grands!  Anne se voit effleurée de la main…, incident qu'Emili condamne vivement! Elle nous met en garde et nous donne des consignes claires. Déjà bien fatiguées, nous arrivons vers 15h30 dans le village où nous allons passer la nuit. Deux familles nous ouvrent leurs portes et nous accueillent chaleureusement. Josette ne sent pas bien du tout: victime probable d'une intoxication alimentaire, elle mettra plusieurs jours pour se retaper, elle pourra nous accompagner les deux derniers jours à Bethléem et Jérusalem. Excellent repas du soir agrémenté de conversations avec nos hôtes qui parlent anglais. Nous sommes au cœur du sujet! Quelques fous rires précèdent le couvre-feu…

Rencontre avec les enfants


J3: Duma/ Auja
Josette est malade et Anne se propose pour rester avec elle et l'accompagner au camp bédouin qui doit nous accueillir la nuit suivante. Quant à nous, nous embarquons dans deux minibus (dont un roule avec un pneu quasi à plat). Après avoir acheté quelques vivres pour le pique-nique de midi, nous entamons une rando qui restera dans les mémoires! Canyon, sentier sur flancs escarpés, escalade de rochers, descente glissante à travers les éboulis. Heureusement, Aurélien, notre accompagnateur Teralis est dans son élément et se précipite au secours de ces dames. Emili nous presse car la nuit tombe vite en Palestine. Nous avons quand même le temps de nous rafraichir les pieds dans la source d’Al Auja.  Notre marche autour du lac de Butgenbach semble ridicule à côté de ce qui nous est demandé ici! Quelques râleries fusent dans la troupe… Nous arrivons à la nuit tombée au camp de bédouins où nous attendent impatiemment Anne et Josette. Nous logeons à 15 dans une vaste tente où sont aussi servis nos repas! Les sanitaires se composent de trois cabines métalliques: une pour un wc à pédales et deux pour se laver. Rigolades… Bel accueil, excellent repas, les enfants font revêtir une robe traditionnelle à Marielle et danser Aurélien. A 20h30, nous nous glissons dans nos 'sacs à viande' pour une nuit émaillée de chants du coq, de braiements d'âne, du passage de deux avions de chasse, du cri de Marielle réveillée par le passage d'un chat sur sa couche… 
      

Randonnée


J4 : Auja/Jéricho
Au petit matin, notre hôte, accompagné de son petit garçon, circule parmi nos couches pour nous offrir un petit café.  Après une toilette plus que sommaire et un petit déjeuner coloré, nous entamons une marche raccourcie vers Jéricho. La montée vers le Monastère de la Quarantaine au Mont de la Tentation est dure; Lulu, Lucile, Edith et Aurélien leur garde du corps sont chargés par une voiture. Liom chaub! Nous nous retrouvons au restaurant près du téléphérique qui surplombe la ville de Jéricho pour nous désaltérer et déguster un excellent buffet-dîner. Au bas de la descente en téléphérique, nous avons l'occasion d'acheter quelques souvenirs (dattes, crèmes de la mer morte, etc.) avant de reprendre un minibus vers la Mer Morte (Zone C contrôlée par les Israéliens). Au milieu de touristes provenant des 4 coins du globe, baignade bienfaisante dans l'eau salée au coucher du soleil, en expérimentant la flottaison spéciale dans cette mer, à moins 430 m en-dessous du niveau de la mer (point le plus bas de la terre), suivie d'un rinçage indispensable. Nous sommes contentes d'arriver à notre destination du jour, dans une communauté de femmes à proximité de Jéricho, avec Wifi: nous pouvons nous jeter sur nos smartphones et donner quelques nouvelles à nos proches. Le soir, Emili nous emmène boire un verre dans un bar de Jéricho où nous buvons un vin palestinien The Star of Bethléem ou une bière locale (Taybeh beer).

Mer Morte


J5 : Jéricho/Sea Level
Surprise le lendemain matin! Edith se retrouve shampouinée sous la douche… qui ne coule plus. Elle terminera sa toilette avec une bouteille d'eau alimentaire. Au déjeuner que nous prenons dans la cour, nous nous faisons remonter les bretelles par Emili: en Occidentales gâtées que nous sommes, habituées à consommer de l'eau sans restriction (c'est moi qui le dis, ce n'est pas Emili), nous avons pris des douches et épuisé la réserve d'eau (sans compter la fuite d'eau dans une salle de bain et un wc) et les dames de la coopérative sont obligées d'en racheter. Nous comprenons combien l'eau est un bien précieux ici et qu'il ne faut pas en abuser.  Josette, Lucile, Lulu et Edith restent au gîte tandis que le reste des marcheurs entament la montée vers le Monastère Saint Georges à travers de fort beaux paysages. Nous avons la chance de pouvoir entrer dans le Monastère, équipées d'une jupe-foulard du plus bel effet! Nous refusons l'aide des ânes et poursuivons à pied jusqu'au sommet où nous nous désaltérons d'un délicieux jus d'orange et grenade, sous un soleil de plomb. Un minibus nous ramène à Jéricho et la troupe au complet fait halte près d'un ruisseau pour pique-niquer d'une 'pita'. Nous nous arrêtons ensuite un moment près de l'arbre de Zachée (et le parc russe attenant) avant de prendre la direction du Jourdain. Des gens de toutes les nationalités, certains ayant revêtu une longue tunique blanche, se plongent dans l'eau pour se (faire re)baptiser. Mais le site se vide et retrouve son calme. Nous apprécions la sérénité du lieu (sous le regard des soldats israéliens en arme, non loin de leurs confrères jordaniens de l'autre côté de la frontière). Nous reprenons une dernière fois notre minibus et arrivons au milieu de nulle part, dans un camp de bédouins tapi au cœur de collines arides: Sea Level. Excellent repas (on se souviendra des aubergines farcies!) suivi d'une danse de tous les hommes présents et d'un morceau de musique sur un instrument à cordes préalablement réchauffé au-dessus du feu. 

Monastère


J6 : Sea Level/ Mar Saba/Tall-Al Qmar    
Petit déjeuner désormais habituel (houmous, fromage blanc, tomates et concombres, œufs durs, huile d'olive et épices…). Nous visitons ensuite le caravansérail. Nous nous dirigeons ensuite vers le monastère de Mar Saba, dont l'entrée est interdite aux femmes. Paysage grandiose traversé de sentiers, y compris pour vététistes… Nous commençons vers 11h une jolie balade dans la région de Bethléem, en direction de Battir où nous retrouvons Lucille et Josette attablées à la terrasse d’un petit resto sympa en train de siroter un délicieux jus frais de citron-menthe aromatisé. Après cet apéro rafraichissant, nous nous restaurons à proximité de la piscine romaine (Roman pool). Nous sommes toujours émerveillées par la multitude et l'abondance des plats (œufs pochés, omelettes, frites, boulettes et tomates, aubergines,…). Nous partons ensuite pour Bethléem, plus précisément le Walled Off Hotel, réputé pour la plus laide vue du monde: sur le mur de séparation qui est devenu, côté palestinien, un endroit d'expression et de résistance. Nous y visitons le petit musée (retraçant la vie du peuple palestinien depuis 1903 et les destructions massives de leurs habitations, la colonisation illégale des territoires occupés) et la galerie de peintures avant de boire un café ou un vin blanc (The Star of Bethléem aussi). Nous ne résistons pas à l'achat de quelques reproductions des œuvres du street artist Banksy et prenons des photos du mur de séparation. Logement et repas au camp de réfugiés (tenu par des hommes). La nuit dans cet endroit isolé, tout est super calme et le groupe électrogène est éteint: pas d'électricité pour recharger nos téléphones! 

Lever de soleil


J7 : Tall-Al Qmar/ Hébron/Bethléem/ Beit Sahour
Après avoir admiré un magnifique lever de soleil et pris le traditionnel petit-déjeuner, un minibus confortable (en tout cas équipé de Wifi!) nous conduit à Hébron, ville coupée en deux, H1 et H2. Nous visitons la vieille ville et les souks. Nous sommes choquées par la présence de grillages au-dessus des ruelles des souks, censés protéger les commerçants palestiniens des ordures jetées par les colons qui habitent dans les étages supérieurs… Avec la cagnotte, nous achetons un choix de gâteaux (que nous offrirons finalement aux parents d'Emili). Nous ne résistons pas à faire quelques achats de souvenirs chez un fabricant d'huile de sésame, chez des souffleurs de verre, dans un atelier de céramique et de tissage (keffiehs). Nous faisons halte à Beit Sahour au Champ des bergers: statue, chapelle, jardins évoquent le moment où l'ange est apparu aux bergers pour leur annoncer la naissance de Jésus. Change d'argent, achat de vin et d'arak pour les parents d'Emili qui nous reçoivent autour d'un repas palestinien traditionnel. Nous nous rendons ensuite à Bethléem pour visiter la Basilique de la Nativité. Nous y ferons la file derrière un groupe de Roumains, parmi une foule cosmopolite, pendant plus de deux heures, pour enfin entrer dans la grotte où serait né Jésus. Nous arrivons à notre dernier logement, El Beit Guest House où nous allons passer deux nuits confortables et au calme.

Hebron


J8 : Jérusalem
Nous nous réjouissons de découvrir Jérusalem, point d'orgue de notre voyage. La matinée est consacrée à la découverte de la vieille ville. Impossible de se rappeler tous les sites parcourus… Quel riche patrimoine! Avant d'entrer dans l'église du Saint Sépulcre, Emili attire notre attention sur une petite échelle, inamovible depuis le statu quo instauré par les différentes communautés responsables du lieu. File pour accéder au Tombeau du Christ, file pour accéder à la Chapelle du Calvaire, des gens caressent la dalle où l'on aurait déposé le corps de Jésus… Il faudrait une matinée entière pour tout voir. Nous devons ensuite montrer patte blanche pour entrer sur le site du Mur des Lamentations où hommes et femmes sont toujours séparés. Idem pour accéder à l'esplanade des mosquées: Edith est obligée de dire adieu à son opinel, accessoire terroriste qui lui servait à couper des pommes! Nous sommes émerveillées par le site, par le Dôme du Rocher. A midi, nous soufflons un moment dans un petit snack avant de reprendre le minibus vers le Mont des Oliviers. Quelle vue magnifique sur la vieille ville de Jérusalem. Nous redescendons en passant par l'église de toutes les nations (catholique), par l'église Marie-Madeleine et ses 7 dômes dorés, par l'église Dominus Flevit, avec son dôme en forme de larme, sans oublier le jardin de Gethsémani et ses oliviers séculaires. Surprise pour notre dernière soirée: nous dînons au restaurant, avec danses et musique d'ambiance, servis entre autres par le frère d'Emili. 

 

Eglise du Saint-Sépulchre


J9 : retour en Belgique
Nous retournons à Bethléem pour un tour un peu plus approfondi, au gré des envies de chacune: messe pour les unes dans la chapelle St Helena, déambulation dans les ruelles pour les autres, visite de la grotte du lait où Marie aurait allaité l'enfant Jésus (site franciscain), derniers achats d'objets en bois d'olivier. A 11h30, nous sommes de retour à l'hôtel et nous attendons le minibus, avec plaque israélienne cette fois, qui doit nous amener à l'aéroport. Sur le trajet, Aurélien nous donne quelques consignes strictes en vue des contrôles à l'aéroport (trois jours à Jérusalem, deux à Bethléem, deux à la Mer Morte et toutes les nuits passées au même hôtel à Bethléem); il nous fait jeter à la poubelle tous les documents concernant notre périple en Cisjordanie. Nous sommes un peu stressées au fur et à mesure que l'attente se prolonge. Finalement, après plus d’une heure de file, nous passons le premier contrôle sans encombre (certaines doivent enlever le cadenas de leur valise), mais pas sans questions à répondre (surtout pour Josette)… Bagages enregistrés, second contrôle d'identité où Marielle et Anne-Marie ne sont pas reconnues… Enfin, tout le monde se retrouve dans la grande rotonde pour un sandwich et quelques achats, dont une bouteille de rhum que nous offrons à Aurélien avant l'embarquement. Qu'aurions-nous fait sans lui! Long vol bondé pour Zaventem où nous arrivons à l'heure dite, embrassades et adieux, puis attente des navettes et retour à Malmédy pour la plupart d'entre nous. Le lendemain, deux 'Palestiniennes' (Josiane et encore Josette) se rendront compte que leur valise a été fouillée, avec à la clé la disparition d'un savon!     

Bethléem


Nous n'avons pas fini de parler de ce voyage!

Texte écrit par Marielle Goffard